L’éthylotest est-il obligatoire en voiture ?

Obligatoire ou non ? L’éthylotest doit-il obligatoirement être présent dans notre véhicule, sous peine d’être mis à l’amende en cas de manquement ? Nous vous disons tout sur l’éthylotest et les différents modèles à votre disposition !

Les obligations d’avoir un éthylotest à bord

Souffler dans l'ethylotest

Le 1er juillet 2012, l’ensemble des véhicules terrestres étaient soumis à la détention d’un éthylotest. Cela incluait bien sûr les voitures mais également les poids lourds et les deux roues (hormis les cyclomoteurs). Si vous n’étiez pas en possession d’un éthylotest, vous pouviez être sanctionné d’une amende de 11 € (il s’agissait d’une contravention de 1ère classe). Et finalement, cette obligation a été repoussée au début du mois de mars 2013.

Enfin, un décret du 28 février 2013 a fait disparaître l’amende tout en imposant tout de même de posséder un éthylotest. Selon la loi actuelle, vous devez donc posséder un éthylotest non utilisé dans votre véhicule et devez être capable de le montrer à la gendarmerie ou à la police si cela vous l’est demandé. En revanche, vous ne pourrez pas être verbalisé. Qu’il s’agisse du classique « ballon » à souffler ou d’un appareil électronique de détection de l’alcoolémie, vous pouvez trouver cet éthylotest en ligne très facilement.

La définition de l’éthylotest

On connaît aussi l’éthylotest sous le nom d’alcootest. Cet appareil est en capacité de mesurer la quantité d’alcool présente dans l’air que vous expirez.

  • L’éthylotest chimique est un peu moins précis que l’éthylotest électronique : il indique une fourchette du nombre de milligrammes d’alcool par litre d’air expiré, vous obtenez une estimation approximative symbolisée par une ligne à ne pas dépasser. L’éthylotest chimique est soumis à une durée de validité et est à usage unique.
  • L’éthylotest électronique quant à lui calcule automatiquement l’alcoolémie. Il suffit de le mettre sous tension et de souffler assez longtemps pour permettre à l’appareil d’analyser le taux d’alcool dans votre souffle et de faire le calcul. Il convertit automatiquement les milligrammes dans l’air expiré en taux d’alcool en grammes dans votre sang.

La consommation d’alcool au volant

Rappelons que pour avoir l’autorisation de prendre le volant de votre véhicule, l’alcoolémie ne doit pas excéder 0,5 g/L de sang. Cela équivaut à 0,25 mg par litre d’air expiré. En revanche, les jeunes conducteurs sont soumis à une réglementation plus ferme en acceptant un taux d’alcool qui ne dépasse pas les 0,2 g/L de sang. La tolérance zéro est appliquée pour les personnes qui conduisent avec un taux d’alcool trop important. Les accidents engendrés par des personnes trop alcoolisées sont trop nombreux et trop meurtriers pour que les forces de l’ordre soient compréhensives.

Si vous êtes soumis à un contrôle routier et que votre alcoolémie est positive, vous subirez un retrait de 6 points sur votre permis de conduire et une amende de 135 €. Mais cela est valable uniquement pour un taux qui reste sous les 0,8 g/L de sang. Au-delà, vous risquez un retrait de permis immédiat et durant plusieurs mois en fonction de la gravité de l’alcoolémie, et une immobilisation du véhicule. Le taux d’alcool est vérifié en utilisant un éthylomètre homologué en possession des forces de l’ordre. Par la suite si cela est nécessaire, les autorités peuvent exiger une analyse du sang afin d’affiner le résultat.

Les différents éthylotests pour votre véhicule

Afin de vérifier vous-même votre alcoolémie, il est possible de mettre à disposition des éthylotests dans un véhicule.

L’éthylotest chimique

C’est l’éthylotest qu’on nomme aussi « ballon » en rapport au petit ballon qu’il faut remplir d’air avant de le dégonfler. Ce type d’éthylotests était utilisé par la gendarmerie avant d’être remplacé par les appareils électroniques plus précis.

L’éthylotest chimique est très peu onéreux et réagit grâce à un procédé chimique : si l’air expiré contient de l’alcool, une réaction chimique va induire le changement de la couleur de l’éthylotest. Les modes d’utilisation sont différents selon les modèles des éthylotests, mais il est à usage unique et possède aussi une durée de validité pour conserver toute son efficacité. Pour que l’éthylotest chimique soit efficace, il faut insuffler de l’air en une seule fois dans le ballon à travers la pipette.

Puis une fois que le ballon est plein, il faut le dégonfler. La coloration des cristaux va alors changer selon le taux d’alcool dans l’air expiré. Si vous voyez que la couleur des cristaux a dépassé la ligne noire sur le tube de l’éthylotest, cela signifie que vous dépassez la limite autorisée : vous ne devez pas prendre le volant.

L’éthylotest électronique

Cet appareil est beaucoup plus précis que l’éthylotest chimique. Il vous donne un chiffre précis de l’alcoolémie car il prend les mesures grâce à des capteurs électrochimiques. Tout comme l’éthylotest chimique, il faut souffler dans l’appareil pendant au minimum 10 secondes en un seul souffle. Il est accessoirisé avec des embouts à usage unique pour plus d’hygiène.

L’appareil retranscrit alors soit le chiffre en mg/L d’air expiré ou transforme ce chiffre en g/L dans le sang. Pour être certain d’obtenir un chiffre exact, il faut toutefois respecter un minimum de 30 minutes après le dernier verre avant de faire le test. La concentration d’alcool dans le corps est à son sommet après cette période. Pensez aussi à l’étalonner régulièrement pour qu’il reste efficient.

Comment choisir un éthylotest fiable ?

Vous trouverez tout et n’importe quoi en termes d’éthylotests. Ce test d’alcoolémie est garant de votre sécurité sur la route, il est donc important de ne pas se fier au premier venu. Le modèle que vous allez choisir doit impérativement respecter la norme NF EN 16280 pour les modèles électroniques. Il s’agit de la norme européenne, couplée à la norme française.

ethylotest obligatoire

Côté éthylotest chimique, assurez-vous d’acheter un objet estampillé NF X20-702. L’éthylotest chimique est moins coûteux qu’un appareil électronique mais il est aussi moins fiable et son utilisation est limitée.

Attention également à bien faire la différence entre l’éthylotest et l’éthylomètre : le second est l’appareil utilisé par les forces de l’ordre. C’est l’appareil homologué et reconnu par la loi pour obtenir un résultat ultra-précis.

Et l’éthylotest anti-démarrage ?

Il est aussi connu sous le sigle EAD. Cet appareil fonctionne de la même manière en estimant l’alcoolémie en fonction du taux d’alcool contenu dans l’air expiré. Mais il est relié au véhicule, qui détecte quand le taux dépasse la limite autorisée : à ce moment, le moteur ne peut pas démarrer. Cet éthylotest peut être imposé à certains conducteurs qui ont déjà été pris en faute ou pour les conducteurs des autocars de transports en commun. A partir du 1er janvier 2019, il est possible de ne pas subir de suspension du permis en installant un EAD dans son véhicule, particulièrement intéressant pour les personnes qui utilisent un véhicule dans le cadre de leur profession.

Laisser un commentaire ou un avis